Annette Hayward    

 

 


Annette Hayward est professeure de littérature québécoise au Département d’Études françaises de l’Université Queen’s (Kingston, Ontario). Elle s’intéresse particulièrement aux questions d’institution littéraire et à l’écriture au féminin avant 1960. Outre ses articles, elle a codirigé ou dirigé les collectifs Critique et littérature québécoise (1992), États du polémique (1998), La Vieille Fille. Lectures d’un personnage (2000), et La rhétorique au féminin (2006).

Elle participe en tant que cochercheuse à la base de récits de rêves.

Son dernier livre s'intitule La querelle du régionalisme au Québec (1904-1931). Vers l'autonomisation de la littérature québécoise. Publié en 2006, cet ouvrage lui a valu le Prix Gabrielle-Roy 2007 et le Prix du Gouverneur Général 2007, catégorie «Études et essais».

 

Commentaires de la critique

«Réalisée il y a plus de vingt-cinq ans comme thèse de doctorat, l’étude d’Annette Hayward sur la querelle du régionalisme a connu un sort paradoxal. Quoique jamais publiée, elle n’a pas cessé, depuis tout ce temps, non seulement d’être consultée et citée abondamment par les chercheurs en littérature québécoise, mais d’être considérée par ceux-ci comme une référence majeure, proprement « incontournable », voire définitive, sur cette période cruciale de l’histoire littéraire locale, une référence dont la fiabilité, l’envergure et la richesse demeurent insurpassées. On ne peut donc que se réjouir de voir cette étude enfin rendue disponible sous forme de volume.
Si le travail d’Annette Hayward n’a pas pris une ride, s’il conserve aujourd’hui encore toute sa pertinence et sa valeur, c’est qu’il offre de son objet à la fois le tableau le plus détaillé et complet, fondé sur un dépouillement exhaustif et une analyse minutieuse de textes souvent négligés, et l’interprétation la plus nuancée, exempte de parti pris et attentive aussi bien au contexte de la querelle qu’à la nature changeante de ses enjeux et au rôle particulier de chacun de ses acteurs. Mais cette « permanence » tient aussi aux qualités formelles de l’ouvrage : rigueur méthodologique, souci de la précision, prudence interprétative, transparence et sobriété de l’écriture, toutes choses qui font du travail d’Annette Hayward un modèle pour tous les chercheurs en histoire littéraire.»

François Ricard
Professeur titulaire
Département de langue et littérature françaises
Université McGill


«Voici l’ouvrage monumental d’Annette Hayward dont on attendait la publication depuis longtemps. Fruit de plusieurs années de recherche, cette somme qui porte sur le conflit entre les écrivains régionalistes et les poètes «exotiques» représente la première étude complète sur la réception de deux courants esthétiques qui ont dominé la scène littéraire québécoise au début du XXe siècle. L’auteur retrace par le menue détail la genèse de cette querelle qui a contribué à structurer le champ littéraire et donné naissance à de nombreux écrits. On assiste ici à chacune des étapes de cette évolution : d’abord à la mise en place des positions des principaux représentants des deux groupes, puis à la montée graduelle et parallèle de leurs antagonismes et enfin à leur affrontement qui connaîtra son apogée au début des années 1920.
Cet ouvrage remarquable est consacré à l’analyse d’un événement charnière dans la construction du champ littéraire québécois. Un examen critique rigoureux des revues et journaux ayant joué un rôle déterminant dans cette histoire, nous permet enfin d’avoir pour la première fois une vue d’ensemble sur les enjeux, les tensions et les contradictions qui ont animé les principaux acteurs d’une littérature alors en gestation.
Je suis heureux de savoir que cette recherche exhaustive qui a inspiré de nombreux travaux de chercheurs et historiens sera maintenant accessible à un plus large public.»

Jacques Michon
Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l'édition
Université de Sherbrooke


«Le livre qu’on s’apprête à lire est un véritable événement. Depuis des années, les chercheurs en histoire littéraire du Québec tiennent la thèse à l’origine de la présente publication comme la plus importante jamais consacrée au conflit qui opposa au début du XXe siècle les régionalistes et les «exotiques». Depuis son dépôt en 1980 à l’Université McGill, tous les ouvrages qui ont abordé le sujet, dont celui que j’ai moi-même consacré aux relations entre langue et littérature de 1895 à 1914, ont signalé leur dette de reconnaissance à l’égard du travail fondateur d’Annette Hayward. Après plus de deux décennies de citations et de photocopie, on ne peut que se réjouir que cette remarquable thèse soit enfin publiée.
Madame Hayward a jeté sur la genèse et l’évolution de ce conflit, qui opposa entre 1900 et 1920 les tenants du régionalisme et ceux qu’ils nommèrent par dérision les «exotiques», le regard le plus éclairant et le mieux informé. Rien n’échappe à son enquête : aucun acteur, aucun texte, aucune trace significative. Impossible d’évoquer ces longs débats à caractère polémique —qui font figure dans l’histoire littéraire du Québec de querelle entre Anciens et Modernes— sans se référer à cet ouvrage qui demeure encore aujourd’hui le plus complet et le plus détaillé sur le sujet. En outre, la manière dont l’auteure en rend compte est susceptible de rejoindre non seulement les jeunes et moins jeunes historiens de la littérature mais également tous les lecteurs, et ils sont nombreux, qui s’intéressent à l’histoire des idées et à la construction de la modernité au Québec.»

Marie-Andrée Beaudet
Professeure au département des littératures
Directrice du CRILCQ
Université Laval

 

 

couverture du livre

Annette Hayward
La querelle du régionalisme au Québec (1904-1931). Vers l’autonomisation de la littérature québécoise
Ottawa, Le Nordir, 624 p. 49,95$ CDN
ISBN-13: 978-2-89531-049-5

Pour commander

Le Nordir
Tél.: 819-243-1253
Fax : 819-243-6201
lenordir@sympatico.ca

 

Lire la préface de D. Garand

Lire l'introduction